Réfléchir ensemble

Les enfants envahis d’images violentes – Stop !

 

stop-images-violentes3

Lorsqu’on allume sa télévision, on constate qu’il existe des centaines de programmes destinés aux enfants. Il y en a pour tous les âges. Et, l’effet attractif et hypnotisant des écrans n’aide pas à s’en tenir à distance.

Même en tentant de réguler les accès, il est souvent difficile pour un parent de poser des limites, et d’autant que lui-même a pu être livré à lui seul face à la télévision, étant enfant et adolescent.

Alors, voici quelques ressources pour bien comprendre ce qui se passe dans la tête d’un enfant lorsqu’il a accès à des contenus violents. Voici aussi quelques repères pour éviter des traumatismes réels.

Jouer aider à bien se développer 

« Entre la naissance et cinq ans, ce sont tous les fondamentaux intellectuels et émotionnels de la personne en devenir qui se mettent en place. Le cerveau triple de taille et son réseautage est en expansion exponentielle. C’est aussi pendant cette période charnière que le futur adulte prend ses habitudes et fixe nombre de comportements et de préférences. C’est pourquoi plus l’enfant multiplie les expériences, et notamment les expériences de jeu, et plus il s’outille à la fois physiquement, intellectuellement et socialement. 

A l’inverse, plus il passe du temps à regarder passivement la télévision, moins il s’exerce à faire des efforts et à persévérer. »

La question de l’influence des écrans auprès des enfants est avant tout le problème de la réduction du temps du jeu chez l’enfant qui en a fondamentalement besoin.

Du stress des images au traumatisme et au clivage

Vivre une situation traumatique dans la réalité, être agressé ou la vivre en images, voir une agression, entraîne dans les deux cas un choc qui survient en deux étapes.

D’abord, il y a l’événement traumatique lui même qui submerge.

Ensuite, il y a l’absence d’interlocuteur à qui parler des images ou la peur d’en parler à un interlocuteur.

Alors, trois conséquences sont possibles, lesquelles seront plus ou moins influencées en fonction de l’environnement fiable et sécurisant ou non dans lequel les enfants vivent :

  1. les enfants peuvent utiliser les repères des images pour résoudre les problèmes de leur vie quotidienne. Ils agressent et humilient pour se débarrasser sur une victime de la figure  battue et humiliée qui les habitent.
  2. les enfants peuvent se mettre à vivre leur environnement comme une source de frustrations plutôt que de satisfactions et, du coup, la violence des écrans vient légitimer leurs angoisses de persécution. Ils seront plutôt craintifs, passifs et défaitistes.
  3. les enfants peuvent parvenir grâce à leur environnement favorable à prendre du recul par rapport aux images et développés des réflexes constructifs  et réparateurs. Ce seront des enfants qui s’imagineront médecin d’ONG, diplomates, pompiers…

En tout état de cause, les images violentes vont créer chez les enfants une identification précoce à un rôle ou un autre : celui d’être une victime ou celui d’être un agresseur.

C’est cette prise de conscience qui devrait inciter tous les parents à au moins oser parler à leurs enfants de ce qu’ils ont vu à la télévision, pour les aider à prendre du recul.

Max et Lili à la rescousse 

Un outil formidable écrit par Dominique de Saint Mars est l’ouvrage Max et Lili ont peur des images violentes.

Comme dans tous les livres de cette collection, les deux personnages que sont Max et Lili vivent ce que vivent nos enfants et osent en parler.

Alors que Max est au beau milieu d’un cauchemar, Lili lui crie « Max ! Réveille-toi! C’est un cauchemar! Tu vois que ça te fait peur toutes ces images violentes ! Ton cerveau les garde et hop, la nuit, ça ressort ! Et tu me réveilles ! »

Et, à la fin de l’histoire, on retrouve le petit questionnaire pour aider l’enfant lecteur à raconter son vécu.

Alors, parents, à vos questions à vos enfants !

Aller plus loin :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s