Réfléchir ensemble

Les agresseurs agissent toujours de la même manière : comment les repérer ?

 

strategie-auteur

Quelle que soit la forme de violence sexuelle exercée par un auteur, violence sexuelle verbale, violence sexuelle psychologique, violence sexuelle physique, et quel que soit le statut de l’auteur (un proche, un collègue, un conjoint, un inconnu), on retrouve toujours des caractéristiques semblables dans la stratégie mise en place par l’auteur des violences.

C’est grâce à l’expertise de la ligne Viols Femmes Informations 0.800.05.95.95 que ces caractéristiques ont pu être mise en lumière, le fruit de plus de 30 ans d’écoute au numéro national, anonyme et gratuit, soutenu par l’Etat.

Etape 1 : l’auteur choisit sa victime

D’abord, l’auteur choisit sa victime. Ce n’est pas un hasard si il est amené à aller vers telle femme, tel enfant. Il sélectionne, séduit, amadoue, identifie la fragilité ou la vulnérabilité de la personne.

Etape 2 : l’auteur isole sa victime

Ensuite, l’auteur va trouver une stratégie pour isoler géographiquement sa victime. Cet isolement peut également être ressenti socialement, affectivement, familialement ou professionnellement.

Etape 3 : l’auteur dévalorise, traite comme un objet sa victime

L’auteur met ensuite en place un moyen de pression contre sa victime : humiliation, dénigrement, critiques, moqueries, insultes, affaiblissement, avec la double conséquence que non seulement la victime se sentira dévaloriser mais sera de plus incapable de répliquer. Il brise son estime d’elle-même. C’est comme si d’une certaine manière, il n’y avait que lui qui savait.

Etape 4 : l’auteur inverse la culpabilité

Un auteur va toujours user de ses mots et de postures pour inverser la culpabilité. A un moment ou un autre, il va faire en sorte que s’opère un transfère de responsabilité de la violence qu’il a commise vers la victime. Ce n’est plus lui le coupable, c’est la faute de la victime.

Il va aussi être incapable de se reconnaître une quelconque responsabilité dans le passage à la violence, quelle qu’elle soit.

C’est la victime qui a provoqué, elle souhaitait que je fasse ça, elle m’a énervé. Tous les motif sont bons pour acculer la victime. Et, surtout, que l’auteur ne se remette jamais en question, ni ne s’excuse de ses mots, gestes et actes.

Il fera en sorte qu’on croit que c’est lui la victime. Qu’il n’a rien fait. Pour cela, il va entretenir la confusion. Il aura des attitudes contrastées alternant avec des périodes d’accalmie annonciatrices de redoutables orages.

Etape 5 : il instaure un climat de peur et d’insécurité

L’auteur se présente généralement comme quelqu’un de tout puissant. Il use de menaces et souvent met en oeuvre quelqu’unes de ses menaces. Il peut menacer de représailles sur les proches, dans la sphère professionnelle…

Il terrorise pour faire agir une forme de loi du plus fort, la sienne ; indépendamment de toute loi légale et de son contenu. Il est comme au dessus des lois.

Etape 6 : il fait en sorte d’assurer son impunité

L’auteur agit de manière à mettre en place les moyens d’assurer son impunité : il recrute des alliés, il organise une coalition contre les faibles, il prévoit d’impliquer la victime potentielle dans le déroulement des faits, il lui offre quelque chose, lui demande de l’aider, de lui fournir de l’aide.

Etape 7 : il verrouille le secret

L’auteur s’arrange pour verrouiller le secret sur les violences qu’il a fait subir à sa victime, quelle que soit la forme de violence sexuelle : verbale, psychologique ou physique.

A l’aune de ces sept étapes, vous pourrez identifier des conduites qui ont pu être violentes envers vous ou quelqu’un d’autre, c’est-à-dire des actes volontaires qui ont porté atteinte à votre personne ou à un proche ou un enfant. Il vous appartiendra alors de dévoiler ces agissements auprès des instances judiciaires, la police, le procureur de la République car la loi défend nos droits et il nous appartient de les faire valoir.

Vous n’êtes pas seul.e :

  • contactez les permanences nationales si vous avez le moindre doute : 0.800.05.95.95 (Viols Femmes Informations) ou 39.19 (Stop violences conjugales) ou 119 (Enfance en danger)
  • raconter de manière factuelle les faits au Procureur de la République de votre département
  • déposer plainte en commissariat.

Aller plus loin :

 

Pour devenir un parent prévenant : Découvrir le Pack Prévention des violences sexuelles, gratuit, complet, en cliquant ici.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s