Outils pour les professionnel.les

Chèr.es professionnel.les, accompagnant.es bienveillant.es des enfants, vous trouverez dans cette rubrique quelques outils pour vous aider à mettre en place des actions de prévention des violences sexuelles ainsi que quelques outils pour accompagner les enfants victimes de violences sexuelles. Ces pages ne sont pas exhaustives mais elles peuvent peut être vous aider. Nous vous invitons aussi à consulter la page Ressources du menu du site dans laquelle vous trouverez la filmothèque, des éléments bibliographiques ainsi que les coordonnées d’associations de terrain spécialisées dans la lutte contre les violences sexuelles commises à l’encontre des enfants. Enfin, si vous souhaitez contribuer à ce blog ou nous faire part d’éléments bibliographiques, remarques et ressources, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. Nous tacherons de vous répondre dans les meilleurs délais.

Outils pour des animations collectives de prévention des violences sexuelles

Prévenir les violences sexuelles via des animations collectives est une des possibilités offertes pour permettre à chacune et chacun d’engager une réflexion autour des violences sexuelles commises à l’encontre des enfants.

Outils pour accompagner les enfants victimes de violences sexuelles

Au delà de la prévention des violences sexuelles, l’accompagnement d’un enfant victime de violences sexuelles ne s’improvise pas et est fondamental.

Voici quelques outils qui peuvent aider les professionnel.le.s qu’ils s’agissent notamment :
– d’écoutant.es,
– de psychologues, victimologues ou psychotraumatologues,
– de juristes exerçant dans des bureaux d’aide aux victimes.

Un travail en réseau, à plusieurs professionnel.les est indispensable pour assurer un accompagnement adapté à l’enfant victime.
Voici les coordonnées des principales associations françaises spécialisées dans l’accompagnement d’enfants victimes de violences sexuelles ou qui pourront vous orienter dans l’accompagnement de ces enfants.
  • Viols Femmes Informations 0.800.05.95.95
  • Enfance et Partage 0.800.05.1234
  • Allo Parents Bébé 0.800.00.3456
  • La Voix de l’Enfant 01.40.22.04.22
  • Enfance Majuscule 01.42.05.04.90
  • CNIDFF 01.42.17.12.00
Par ailleurs, ainsi que le recommande Marie-France Casalis dans son ouvrage « L’aide aux femmes victimes de viol, les conditions d’une aide psychologique adaptée« , il convient d’adapter la thérapie proposée aux victimes de violences sexuelles et pour cela de tenir compte de plusieurs remarques. Il s’agit des points 2 à 7 que nous avons complétés afin de les adapter au cas de l’accompagnement de l’enfant victime de violences sexuelles  :
      1. dire à l’enfant que vous croyez tout ce qu’il vous dit. Lui dire : « je te crois, tu as bien fait de m’en parler, l’agresseur n’avait pas le droit, c’est interdit par la loi, je vais t’aider » est la base fondamentale d’un travail thérapeutique adapté pour aider les enfants victimes de violences sexuelles.
      2. abandonner le principe de neutralité concept qui s’est imposé dans les divers enseignements psychologiques d’accueil et d’entretien et qui n’est plus applicable lorsque des faits criminels ou délictuels ont été commis et qu’une victime, ou un auteur, s’adresse à vous.
      3. énoncer clairement le rapport de la, ou du, thérapeute à la loi pénale. Face à la victime d’une infraction, il est nécessaire de l’encourager à porter plainte, à faire valoir ses droits. Il est important d’énoncer la loi et les recours.
      4. attribuer explicitement la responsabilité des actes de violence à la personne qui en est l’auteur. La victime n’est en rien responsable de ces actes.
      5. mettre en évidence, analyser et démonter la stratégie de l’agresseur qui vise justement à rendre la victime co-responsable et coupable de l’agression sexuelle.
      6. lorsque la victime d’agression sexuelle décide de ne pas porter plainte l’aider à formuler et à analyser les raisons pour lesquelles elle renonce à recourir à la justice. La plupart de ces raisons sont liées au sentiment de culpabilité que ressent la victime de ces crimes et délits. Nous ajoutons que s’agissant des enfants, le signalement est obligatoire au procureur de la République, il convient d’expliquer à l’enfant que la loi le protège et que c’est le rôle des majeurs de la/le protéger.
      7. le soutien psychologique ne répond qu’à une partie de l’ensemble des conséquences de l’agression sexuelle subie, il importe de que la-le thérapeute soit en relation avec le réseau social, juridique, associatif afin de pouvoir orienter à bon escient les femmes et enfants victimes de viols vers ces structures ressources.
      8. ne plus rechercher à tout prix le maintien d’un lien parental plus que toxique pour l’épanouissement, le développement et la réduction des psychotraumatismes des enfants victimes : la loi relative à la protection de l’enfant de mars 2016 a renforcé le dispositif visant à rompre les liens entre les parents maltraitants, violeurs, incestueurs et les enfants victimes.

Pour comprendre les conséquences psychotraumatiques des violences sexuelles : 
– les définitions des psychotraumatismes proposées par le site mémoiretraumatique.org 
– les ouvrages de Muriel Salmona :

– les ouvrages de Gérard Lopez :

Pour aider les enfants victimes de violences conjugales : 5 guides d’accompagnement accessibles intégralement en ligne :
– le guide d’aide à l’entretien « Comment avez-vous su ? » qui peut aider aussi lors d’entretien avec un enfant victime de violences pour oser pour la question de façon systématique.

– le guide d’aide à l’entretien « violences faites aux femmes, les enfants souffrent – outil méthodologique d’aide à l’entretien » pour parvenir à libérer la parole des femmes victimes de violences conjugales ainsi qu’à libérer la parole des enfants victimes de violences conjugales.

– le guide d’accompagnement « violences faites aux femmes, les enfants souffrent – les mots pour le dire » Tome 1 pour aider à comprendre la souffrance des enfants victimes des violences conjugales. Pour cela le guide :

      • explique que les violences dans le couple sont une forme de maltraitance de l’enfant
        • l’enfant exposé aux violences dans le couple est un enfant à risque
        • l’enfant exposé aux violences endosse des rôles à l’intérieur de la dynamique familiale
        • quelle distinction existe-t-il entre la co-parentalité et la parentalité parallèle
        • la roue de l’enfant victime des violences dans le couple
        • la roue de l’enfant protégé des violences dans le couple
      • offre un guide pratique pour aider l’enfant face à sa souffrance et lui donner les mots pour le dire :
        • repères 1 : comment parler avec l’enfant des violences dans le couple
        • activité 1 : moi et les violences conjugales
        • activité 2 : qu’est-ce que je ressens ? identification des sentiments, des émotions
        • activité 3 : mes émotions et les violences conjugales
        • activité 5 : ma carte de soutien
        • repères 2 : la carte de soutien de la / du professionnel.le
– le guide d’accompagnement « violences faites aux femmes, les enfants souffrent – les mots pour le dire » Tome 2 qui recense 10 activités pour aider l’enfant victime de violences dans le couple et sa mère :
      • activité 1 : le vécu des violences conjugales
      • activité 2 : identification des sentiments, des émotions : qu’est-ce que je ressens ?
      • activité 3 : différencier la colère de la violence
      • activité 4 : respirer pour rétrécir la peur
      • activité 5 : la tristesse
      • activité 6 : le cycle de la violence
      • activité 7 : le soutien : qui peut m’aider ? A qui je peux faire confiance ?
      • activité 8 : gérer le secret de la violence
      • activité 9 : construire un plan de sécurité
      • activité 10 : imaginer son avenir : la famille que j’ai et la famille que je veux quand je serai grand.e

– le guide d’accompagnement « violences faites aux femmes – les enfants souffrent : les mots pour le dire » Tome 3 qui recense 10 activités pour aider les adolescent.e.s face à la violence conjugales :

      • activité 1 : vécu des violences conjugales chez mes parents
      • activité 2 : suis-je victime de violences dans mon propre couple ?
      • activité 3 : qu’est-ce que je ressens par rapport à la violence ?
      • activité 4 : la colère n’est pas la violence
      • activité 5 : chanter le courage et rétrécir la peur
      • activité 6 : je ne ressens rien
      • activité 7 : le cycle de la violence
      • activité 8 : qui peut me soutenir et comment ?
      • activité 9 : construire un plan de sécurité
      • activité 10 : imaginer son avenir

– les actes de la 9ème Rencontre de l’Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de Seine-Saint-Denis de mars 2011