Prévenir au quotidien, comment ?

Comment agir au quotidien de sorte à prévenir les violences que mon enfant pourrait subir ? Comment l’aider pour qu’il soit capable d’y faire face en collectivité et en société ? Comment l’aider à se comporter ?

Entrer dans une démarche préventive, c’est d’abord prendre conscience que l’adulte a un véritable rôle à jouer pour initier toute conduite et tout comportement non violent ; sur lesquels l’enfant pourra non seulement s’appuyer pour grandir et se développer sainement mais plus encore que l’enfant pourra ensuite lui même initier et qui lui apprendront à se respecter lui-même et à respecter les autres. C’est donc d’abord à l’adulte qu’il revient de montrer comment agir, comment se comporter sans exercer de violence, dans le respect de l’autre.

La question du « comment agir au quotidien de sorte à prévenir les violences que mon enfant pourrait subir » renvoie donc à la question « comment agir moi-même au quotidien en extrayant de toutes mes attitudes ou conduites des actes violents ? »

La réponse à ces question n’est pas simple et c’est sur un site québécois que l’on peut y trouver plusieurs pistes de réponses. Le Québec est en effet un des précurseurs dans la prévention de toute forme de violence à l’égard des enfants. Son expérience devrait largement être transposée en France.

Depuis 1985, le Québec a créé des organismes Espaces qui visent à ce que chaque enfant puisse vivre une enfance en sécurité et sans violence. Cette démarche a été initiée dès 1978, date de la création du premier programme de prévention des violences.

prevention-quotidienne

Voici leur démarche :

« À un moment ou à un autre de leur vie, les enfants peuvent avoir à affronter différentes formes de violence de la part d’un adulte, d’un adolescent ou d’un autre enfant. Qu’il s’agisse de violence verbale, psychologique, physique, d’agression sexuelle, de négligence ou d’intimidation, nous savons que ces abus de pouvoir peuvent nuire au développement et au bien-être des enfants.

Trop de situations de violence passent inaperçues ou sont mal gérées. Manque d’information? Craintes face aux conséquences d’une divulgation? Les enfants ont besoin d’apprendre des stratégies de prévention pour savoir quoi faire face à la violence. Évoluer dans un environnement sain et sans violence est une condition essentielle à l’équilibre de chaque personne, et ce, tout au long de la vie.

Nos enfants sont la plus précieuse richesse de notre monde, il est primordial de faire de la prévention un acte concret afin de les protéger efficacement. En leur donnant l’opportunité d’utiliser les bons outils, ils garderont leurs droits à la sécurité, à la force et à la liberté ; pour une enfance en sécurité et sans violence.

Prévenir la violence, c’est donner aux enfants les moyens de se protéger contre toute forme d’agression, mais aussi et grandement de sensibiliser les adultes à leur rôle en prévention et les outiller pour venir en aide aux enfants. »

Voici donc les conseils que l’on trouve sur leur site pour prévenir au quotidien les violences envers les enfants et, ce, dans une démarche simple, conscientisée et constructive.

Faire de la prévention, ce n’est pas seulement parler de violence. C’est aussi aider notre enfant à développer sa confiance, son autonomie, sa force et son affirmation. Créer des liens basés sur la complicité, l’amour et le respect aide les enfants à se développer sainement et à prendre leur place dans la société.

Plusieurs gestes simples de tous les jours représentent des actions préventives. Trop souvent nous sous-estimons l’impact de notre attitude au quotidien. Elle est pourtant vitale au développement du sentiment de sécurité de nos enfants et contribue à les rendre moins vulnérables aux menaces extérieures.

Nous faisons de la prévention chaque fois que nous agissons de façon à renforcer notre enfant, et ce à travers tous les gestes qui lui font prendre conscience de son importance en tant que personne digne d’attention et de respect. Par exemple :

Chaque fois que nous faisons sentir à notre enfant que nous l’aimons :

  • En lui prodiguant des caresses qui lui font du bien et qui sont rassurantes;
  • En lui offrant un sourire, un clin d’oeil, un baiser soufflé, un mot d’amour;
  • En passant des moments ensemble, juste nous deux;
  • En lui consacrant du temps pour lire, jouer, dessiner;

Chaque fois que nous parlons avec notre enfant et prenons le temps de l’écouter :

  • En discutant de sujets qui l’intéressent;
  • En lui permettant d’exprimer ses joies et ses peines, ses désirs et ses frustrations, ses questionnements et ses craintes;
  • En tenant compte de ses arguments et de ses opinions, en l’encourageant à les partager;
  • En lui apprenant à négocier par la discussion et non la confrontation.

Chaque fois que nous montrons à notre enfant que nous lui faisons confiance :

  • En appréciant ses bonnes actions, ses bons résultats;
  • En encourageant et en soutenant ses efforts;
  • En l’aidant à prendre sa place, à s’affirmer;
  • En l’invitant à se fier à son jugement, à se faire confiance et à agir selon ses intuitions;
  • En reconnaissant son habileté à trouver ses propres solutions pour résoudre certains conflits.

Chaque fois que nous aidons notre enfant à devenir responsable :

  • En lui apprenant à respecter les autres;
  • En l’encourageant à développer une certaine forme de discipline, de responsabilisation selon ses capacités;
  • En lui permettant de faire des choix, de participer à certaines décisions familiales;
  • En l’aidant à assumer ses décisions, ses choix et même ses erreurs.

Chaque fois que nous permettons à notre enfant de découvrir que nous ne sommes pas une personne parfaite :

  • En lui permettant de questionner nos comportements;
  • En reconnaissant nos erreurs;
  • En faisant preuve de suffisamment de force pour nous excuser, lorsque nécessaire.

Information constructive et rassurante

Faire de la prévention, c’est aussi donner à notre enfant une information constructive et rassurante sur la prévention de la violence. Pourquoi outiller votre enfant sur les façons de prévenir ou de faire face à la violence ?

  • Parce que cela concerne les garçons comme les filles, de tous les âges et de tous les milieux;
  • Parce que c’est aussi important de discuter de prévention de la violence que de parler de la sécurité routière ou de la prévention des incendies;
  • Parce que ces connaissances sont utiles au bon développement de l’enfant;
  • Parce que c’est possible d’informer d’une façon rassurante.

La prévention par le jeu

Les jeux sur la prévention sont un excellent moyen de transmettre de l’information à l’enfant. Plus nous jouons à ces jeux, plus notre enfant prend conscience de son habileté à trouver des solutions. Ces activités l’amène à se fier davantage à son intuition, à développer sa confiance et à agir pour assurer sa sécurité. Souvenez-vous que l’apprentissage se fait par la répétition. Plus vous pratiquez et plus vous parlez de prévention, plus votre enfant intègre ces informations.Mais comme toute chose, évitez l’excès.

Publicités