La bienveillance pour contrer les violences sexuelles ou la chaîne du changement

Si vous pensez que rien dans ce monde ne peut changer, si vous pensez que les violences notamment sexuelles existeront toujours, je vous invite à visionner ce reportage produit par Arte : Vers un monde altruiste ?

« L’homme est un loup pour l’homme » : l’histoire du monde semble écrite pour illustrer cet adage. Pourtant, des voix scientifiques s’élèvent depuis une vingtaine d’années contre cette vision de la nature humaine. Chercheurs en psychologie, primatologie, mathématiques ou neurosciences, ils mènent des expériences novatrices qui contredisent la thèse de l’égoïsme naturel et inventent le vocabulaire d’une autre histoire : l’altruisme et la coopération en sont les maîtres mots. Des États-Unis au Népal en passant par l’Allemagne, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril, Le jeûne, une nouvelle thérapie ?, Secrets de longévité) sont allés à leur rencontre pour esquisser, sur la base de leurs découvertes, des solutions nouvelles aux maux de la planète, à l’opposé du pessimisme ambiant

Les dernières recherches scientifiques ont démontré que les bébés sont par essence bienveillants. Nous naissons donc tous bienveillants.

L’altruisme que chacun possède en lui s’avère donc aussi l’une des clés possible pour prévenir les violences sexuelles.

Etre attentif à l’autre, constater que quelqu’un semble ne pas aller bien et aller vers lui, oser parler, discuter et échanger avec d’autres personnes au sujet des violences sexuelles, c’est participer à la prévention.

Voir aussi : Plaidoyer pour l’altruisme et l’interview de Matthieu Ricard.

Publicités