La valise d’urgence médico-psychologique : outil pour construire le récit des enfants victimes de violences sexuelles ?

Hélène Romano et Isabelle Roy ont conçu en mars 2005, une valise d’urgence médico-psychologique pour la prise en charge en urgence des enfants.

Elles nous expliquent que :

« Lors d’interventions d’urgence auprès d’enfants [par le SAMU notamment], nous ne disposons pas toujours de matériel adapté. 

Les interventions CUMP [Cellule d’urgence médico-psychologiques] peuvent avoir lieu dans des hall de gare, d’aéroport, dans des gymnases ou autres espaces d’accueil d’urgence. 

Les enfants ne parlent pas facilement ni spontanément de leur peur, de leurs troubles ; il est pour cela important de leur offrir des supports à leur parole.

Nous avons mis au point une valise de matériel, facile à transporter sur tous type de lieux. »

C’est ainsi qu’elles ont déposé un brevet au nom de l’Assistance Publique Hopitaux de Paris portant le nom de BabyVUMP®

« Le service de notre CHU servant de lieu de formation pour des médecins chinois dans la perspective des jeux olympiques de Pékin, notre valise était le centre d’intérêt de nombre d’entre eux. Le chef de service souhaitait que cette idée soit  » protégées et nous a incité à déposé un brevet.« 

Cette initiative devrait être relayée et adoptée au niveau national par l’ensemble des SAMU-SMUR favorisée par une action gouvernementale visant à renforcer les dispositifs de prise en charge des enfants en urgence.

Par ailleurs, on pourrait tout à fait aussi envisager la création d’une réplique de cette valise dans les permanences et unités d’accueil pluridisciplinaires – dits médico judiciaires pédiatriques UAMJP – en milieu hospitalier à destination des enfants victimes de violences sexuelles et les maltraitances.

L’association la Voix de l’Enfant milite pour que de telles permanences et unités se développent partout en France. L’idée est de réunir dans un même lieu l’ensemble des partenaires du dispositif judiciaire, médical et psychologique spécialisé en psycho-traumatismes qui concoure à la prise en charge d’enfants victimes de violences sexuelles et de maltraitances.

Comme l’explique l’association, les Permanences et Unités d’Accueil Médico-Judiciaires ont donc pour objectif de concilier :

– la prise en compte de la souffrance de l’enfant sur le plan médical, psychologique et social,

– les nécessités de l’enquête et/ou de l’instruction judiciaire ayant pour finalité de parvenir à la manifestation de la vérité.

Magistrats, enquêteurs, médecins, travailleurs sociaux sont ainsi amenés à travailler ensemble, chacun dans leur rôle pour une meilleure évaluation des révélations de l’enfant et une prise en charge selon les besoins de l’enfant.

Pour aller plus loin :

– le site d’Hélène Romano et sa page consacrée au BabyVump

– le site de la Voix de l’Enfant et sa page consacrée aux UAMJP

– sur le dispositif des UAMPJ

– sur la Charte commune des UAMPJ

– le rapport de l’Observatoire national de la protection de l’enfant sur les UAMPJ

– le rapport du Défenseur des droits sur l’enfant et sa parole en justice

Publicités