Association de prévention des violences sexuelles·Réfléchir ensemble

Stop aux Violences Sexuelles : une association engagée

svs-logo
Stop aux Violences Sexuelles est une association engagée qui milite pour éradiquer les violences sexuelles en France mais aussi à l’international. Les 9 et 10 janvier 2017, se sont tenues les 4ème Assises Nationales de l’Association dont l’objectif était de réunir tous ceux qui sont mobilisés et se mobilisent dans cette lutte.
svs-450benevoles
Suite à la publication en ligne des actes des Assises et à l’importance du travail mené par cette association, nous avons contacté sa présidente, le Dr Violaine Guérin, qui a accepté de nous présenter son association et de répondre à nos questions.
1) SVS est l’acronyme de Stop aux Violences Sexuelles. Votre association existe depuis 2013 et son objectif est d’éradiquer les violences sexuelles selon une stratégie de type vaccinal. Pour vous, les violences sexuelles sont d’une telle ampleur qu’elles peuvent se comparer à une véritable épidémie. Pouvez-vous nous expliquer d’où vous est venue cette comparaison entre le fléau des violences sexuelles et la notion d’épidémie ?
« L’ampleur numérique est celle d’une épidémie, l’ampleur des dégâts est comparable à celle des infections virales très destructrices. Un virus pour se reproduire va devoir détourner le matériel génétique de son hôte, il va donc s’attaquer aux noyaux cellulaires ; c’est une analogie qui permet de comprendre également l’atteinte profonde et la plus intime. Par ailleurs, cette modélisation intègre également le fait que dans certains cas, une personne touchée par le “virus” de la violence sexuelle, puisse “infecter” quelqu’un d’autre, c’est ainsi que l’on devient auteur. »
2) Le vaccin que vous proposez est composé de deux objectifs : 1) une tolérance zéro et 2) une condamnation des crimes commis. Pouvez-vous nous expliquer ce que signifie pour vous la tolérance zéro en matière de violences sexuelles ?
« Sur le plan juridique, cela veut dire imprescriptibilité des agressions sexuelles ; l’objectif majeur de cette mesure est de pouvoir condamner à tout moment un auteur d’agressions sexuelles à une obligation de soins, car un auteur n’est quasiment jamais auteur d’un seul fait. Cela veut également dire que la société doit condamner très clairement la violence sexuelle, car violence = racine de la violence, et cette violence détruit la société. »
svs-violence-racine
3) Votre association a créé deux maillages sur l’ensemble du territoire français, l’un juridique et judiciaire et l’autre thérapeutique, peu d’associations diffusent directement les noms et coordonnées de professionnels qui peuvent être directement mobilisables, est-ce pour envoyer un message fort aux victimes de violences sexuelles afin de leur dire « vous n’êtes pas seul.es »?
« L’association porte un projet de santé publique et n’a pas pour mission de prendre en charge les personnes sur le plan thérapeutique ou juridique. Le problème est que nous recevons des dizaines de mails par semaine, d’appels au secours. Nous avons décidé de communiquer des coordonnées de personnes dont nous nous assurons qu’elles ont été formées sur le sujet des violences sexuelles et, pour les thérapeutes, qu’elles connaissent les recommandations de soin de l’association. Ce sujet est complexe, car peu de gens sont formés alors que les besoins sont immenses. »
svs-sante-publique
4) Vous proposez un panel de formations, sont-elles toutes destinées à des professionnels ? Certaines sont-elles accessibles à des non-professionnels des violences sexuelles, nous pensons notamment aux parents ?
« La formation “les bases de la connaissance en matière de violence sexuelle” est offerte à toute personne. D’autres formations sont accessibles aux soignants ou personnes d’autres secteurs pertinents par rapport à la formation proposée : prévention en périnatalité, prévention scolaire, outils psycho-corporels dans un parcours de soins, art-thérapie, atelier thérapeutique escrime, …
5) Enfin, quels seraient les 3 principaux conseils que vous pourriez donner à des parents qui veulent prévenir les violences sexuelles dont pourraient être victimes leurs enfants ?
« – Apprendre aux enfants que leur corps leur appartient “mon corps, c’est mon corps” :  https://www.youtube.com/watch?v=tLzj3CstC7o
– Leur dire qu’un enfant averti sait se protéger https://www.kidsintheknow.ca/app/fr/ et qu’il faut toujours accueillir la parole d’un enfant pour qu’il puisse signaler des anomalies sans peur
– Etre vigilant aux changements de comportement d’un enfant »
Nous remercions chaleureusement le Dr Violaine Guérin pour ses précieux conseils et son action auprès des pouvoirs publics.
Aller plus loin :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s